Ethnies et groupes ethniques en safari au Kenya

safari au Kenya
Vous avez aussi les promotions du moment dans le bloc N°5 ( Lion )

L'appartenance ethnique a une grande importance dans cette ancienne colonie britannique qu'est le Kenya, surtout sa politique 03 89 49 53 81 et géographie électorale. Au total, plusieurs dizaines d'ethnies cohabitent assez bien ensemble. lors de l'avant dernière élection présidentielle, Le candidat de l'opposition, Mwai Kibaki, fut donc élu en 2008 avec 70% des voix. Mais c'est Unesco Coalition nationale qui emporte la majorité absolue au Parlement, battant la KANU, le parti au pouvoir depuis l'indépendance en 1963. Début mars 2013, après des élections qui se sont déroulées dans le calme, le nouveau président est Uhuru Kenyatta.

Ethnies du Kenya

Composition ethnique du Kenya
Kikuyu 22 %
Luhya 14 %
Luo 13 %
Kalenjin 12 %
Kamba 11 %
Kisii 6 %
Meru 6 %
Autres Africains 15 %
Non-Africains 1,5 %

Les religions sont : Environ Protestants 26,5 % Catholiques 26,4 % Autres chrétiens 20,1 % Tribales 18,9 % Musulmans 7,0 % et Autres 2,1 %

Les principales Ethnies du Kenya :



Les Kikuyu :


D’origine bantoue, constituent le plus important groupe ethnique du Kenya avec 22% de la population totale de ce pays. Ils sont basés principalement entre Nairobi et les Aberdares. Leur plus illustre représentant fut Jomo Kenyatta, leader de l'indépendance, premier Président du Kenya décédé en 1979. C’était aussi l’ethnie de l’ancien président, Mwai Kibaki. Leur organisation tribale repose sur la famille, et plusieurs familles réunies forment un clan. Les Kikuyu constituent le plus important groupe ethnique du Kenya. Ils arrivèrent à la suite de migrations, il y a plus de 400 ans dans la région du Kenya qu'ils occupent actuellement, la Province Centrale. Leur plus illustre représentant fut bien évidemment Jomo Kenyatta, leader de l'indépendance, premier Président du Kenya décédé en 1979. Les Kikuyu sont restés des éleveurs et des agriculteurs ingénieux utilisant les peaux de bêtes pour la literie, la confection de sandales, sangles, lanières. Ils cultivent traditionnellement la banane, la canne à sucre, les ignames, les haricots, le millet, le maïs, les patates douces. Ce sont aussi des artisans habiles qui ont toujours pratiqué les échanges. Les agriculteurs kikuyu surent adopter les techniques modernes agricoles ou les cultures d'exportation telles que le café, le thé, le pyrèthre et devenir la première communauté agricole du Kenya. Ils sont aussi présents dans le commerce, les affaires, la politique, à travers tout le pays. Ils forment la plus importante communauté de Nairobi où ils sont au nombre de 600 000.

Les Luhya :


Cette ethnie comprend 14% de la population kenyane Les Luhya sont un peuple bantou d'Afrique de l'Est établi à l'extrême ouest du Kenya, entre le Lac Victoria et le Mont Elgon. Ils forment le deuxième groupe ethnique du Kenya avec presque 5 millions d'individus. Ils peuplent une région peu étendue, mais la densité de population y est la plus élevée du pays.

Les Luo :


Aussi appelés Lwo ou Luwo, sont un ensemble de peuples de d'Afrique Orientale. Ils vivent à l'est et au nord du lac Victoria, principalement au Kenya (dans la province de Nyanza), mais aussi en Tanzanie, en Ouganda, en RDC, en Éthiopie ainsi qu'au Soudan du Sud dont ils sont originaires. C’était l’ethnie de l’ancien chef (2005) de l’opposition kenyane, Raila Odinga. Majoritaires autour du golfe de Kavirondo sur le lac Victoria, ils représentent le plus grand groupe ethnique non bantou du Kenya. A l'origine pasteurs, sans cesse à la recherche de nouveaux pâturages, ils se sont sédentarisés et adaptés à l'agriculture et la pêche sur le lac Victoria. Ils cultivent du sorgho, du sim-sim et du millet et participent aussi aux cultures industrielles plus rentables que sont l'arachide, le café, la canne à sucre. Sur le lac Victoria, ils pêchent de préférence le Tilapia dont ils sont très friands. Ils ont adopté les bateaux de type boutre (dhow en anglais), introduits sur le lac par les Indiens et les canots Baganda. Bien que beaucoup d'entre eux se soient convertis au christianisme, les Luos ont conservé un sens de la communauté très développé et le respect de leurs valeurs traditionnelles. Ils ont joué un rôle important dans l'accession du Kenya à l'indépendance. Tom Mboya, assassiné en 1969, et Oginga Odinga, l'ancien vice-président du Kenya étaient tous les deux Luos.

Les Kalenjin :


Sont un peuple africain d'origine nilotique vivant dans et autour de la Vallée du grand rift, à l'ouest du Kenya. La tribu Kalenjin est le quatrième plus grand groupe ethnique du Kenya avec 12% de la population totale du Kenya.

Les Kamba :


Les Kamba (11% de la population totale) sont un peuple bantou d'Afrique Orientale établi dans la semi-aride Province orientale du Kenya, des environs de Nairobi et Tsavo à Embu au nord. Leur région s'appelle Ukamba. Ils représentent entre le troisième et le cinquième groupe ethnique du Kenya. Ils parlent la langue kikamba.

Les Gusii :


Kisii est une ville dans la province de Nyanza au Kenya. Elle est aussi le chef-lieu du comté de Kisii et du district de Kitutu Chache. Elle est peuplée essentiellement de Gusii.

Les Meru :


Sont un peuple du Kenya vivant principalement dans la région de Meru dans le centre Est du Kenya, autour du parc de Méru.

Les El Molo :


Toute petite ethnie du Nord Kenya, sur le lac Turkana et à Loiyangalani sur la rive. Ils vivent de la pêche, ils se nourrissent de poisson et de viande de crocodile. Ils comptent moins de 500 membres. Ils construisent des radeaux de palmier doum et pêchent au harpon, au filet, à l'hameçon et à la nasse. Le harpon est surtout utilisé pour attraper la perche du Nil. Les villages sont faits de huttes circulaires en branches d'acacias entrecroisées et recouvertes de feuilles de palmier.

Les Boran


Les Boran Venus d'Ethiopie au Kenya au début du XXe siècle, ils se sont installés dans les régions arides, aux environs de Moyale, Marsabit, le long de la rivière Uaso Nyiro et vers Isiolo. Ces éleveurs de bétail se déplacent au gré des pâturages. Durant la saison sèche, ils sont plus nombreux sur les bords de la rivière Uaso Nyiro, mais quand arrive la saison des pluies, ils s'éparpillent là où la pluie a fait verdir la savane. La vie d'un jeune Boran se divise en quatre cycles d'initiation de huit ans. Après quoi, il est accepté dans la génération des pères de famille. Les jeunes filles sont excisées mais sans cérémonies particulières.

Les Rendille :


Ils vivent dans le district de Marsabit et sont éleveurs de chameaux. La tradition veut que leur peuple soit issu de l'union d'hommes Somali ayant renoncé à l'Islam, avec des femmes Samburu. Ce sont des pasteurs semi-nomades. Ils installent des campements permanents où résident les hommes mariés, les femmes et les enfants et où ne sont gardées que quelques chamelles et des chèvres, sous la responsabilité des jeunes filles. Les jeunes hommes célibataires emmènent l'ensemble du troupeau, se déplaçant de pâturage en pâturage. Les Rendille Ils vivent dans le district de Marsabit et sont éleveurs de chameaux. La tradition veut que leur peuple soit issu de l'union d'hommes Somali ayant renoncé à l'Islam, avec des femmes Samburu. Ce sont des pasteurs semi-nomades. Ils installent des campements permanents où résident les hommes mariés, les femmes et les enfants et où ne sont gardées que quelques chamelles et des chèvres, sous la responsabilité des jeunes filles. Les jeunes hommes célibataires emmènent l'ensemble du troupeau, se déplaçant de pâturage en pâturage. Leur alimentation se compose essentiellement de lait de chamelle mêlé de sang frais. Les huttes sont faites de nattes en fibres tressées et de peaux. Les femmes sont chargées d'aller chercher l'eau. Les garçons sont circoncis à la puberté, c'est l'occasion d'une importante cérémonie pour toute une classe d'âge. L'initiation vient un an après. Les jeunes filles sont excisées dès qu'elles sont nubiles et se marient tout de suite après.

Les Turkana :


Ils peuplent le Nord du Kenya, toute la partie nord-ouest du Kenya entre le lac Turkana et la frontière avec l'Ouganda. Ces pasteurs-nomades sont restés dans un certain isolement en raison des régions du Nord, très difficiles d'accès. Les Turkana Ils peuplent toute la partie nord-ouest du Kenya entre le lac Turkana et la frontière avec l'Ouganda. Un peu plus de 200 000, ces pasteurs-nomades sont restés dans un relatif isolement en raison des difficiles conditions d'accès à leur territoire. Ils élèvent des ânes, des chameaux, des moutons et des vaches. Ils préfèrent le lait de vache, frais ou aigri, mêlé de sang prélevé par incision de la veine jugulaire. Ils consomment rarement de la viande mais utilisent le cuir pour faire leurs vêtements, leurs sandales, leurs récipients et le toit des huttes. Avec les cornes, ils font des tabatières et des boites à poudre. Ils utilisent les bouses séchées comme combustibles. Les femmes récoltent fruits et graines à l'état sauvage et avant les pluies, chacune défriche un champ en bordure d'un oued. Aux premières averses, elles sèment du millet. Un homme ne s'abaissera jamais à pratiquer l'agriculture et une famille peut se séparer en fonction des besoins du bétail. En principe, les Turkana nomadisent dans les plaines en saison humide et dans la montagne en saison sèche. L'installation du campement est très complexe. Il faut d'abord dresser un enclos fait de branches et d'épineux pour empêcher les bêtes sauvages de s'approcher du bétail. Au centre du campement, un second enclos protège les vaches et les chèvres. Autour, se trouvent les huttes. Chaque épouse dispose de la sienne pour elle-même et ses enfants. Le chef de famille a sa hutte. Il faut changer de campement deux fois par an et ne jamais revenir dans le même. Anes et chameaux transportent les biens et la famille se déplace de quelques centaines de kilomètres. Le campement nécessite deux à trois jours pour être monté et ne se trouve jamais très près du point d'eau. Ce serait une indélicatesse dans ce pays désertique que de monopoliser un point d'eau, chacun doit pouvoir y accéder librement.

Les Samburu :


Toute petite ethnie, sont proches des Masaï avec lesquels ils partagent une langue et une culture commune. Ils sont pasteurs et élèvent des vaches, chèvres et chameaux. Les Samburu sont proches des Massaï avec lesquels ils partagent une langue et une culture communes. Ils sont pasteurs et élèvent des vaches, chèvres et chameaux. Ils se nourrissent essentiellement de lait, transformé en yaourt au goût fumé, auquel ils mélangent du sang prélevé sur les bêtes vivantes. A la saison sèche, ils tuent chèvres et moutons pour en consommer la viande. Ils viennent progressivement à l'agriculture en cultivant du maïs, du sorgho et quelques légumes pour apporter un complément alimentaire. Leurs villages regroupent quelques familles et sont constitués de huttes basses construites en boue et peau sur une structure de bois. Une palissade d'épineux entoure la hutte et l'enclos à bétail de chaque famille. Chaque femme dispose de sa hutte pour elle et ses enfants, les hommes, qui sont polygames, dorment auprès de l'une ou l'autre de leurs épouses. La vie des hommes Samburu est divisée en classes d'âges. A la puberté, le jeune garçon est circoncis et initié, ce qui lui permet d'intégrer la classe des moranes. Il porte alors un arc et des flèches et orne son corps et ses cheveux (à la coiffure compliquée) d'ocre rouge, symboles de son nouveau statut. Après cinq ans, une cérémonie lui permet d'accéder au statut de morane aîné. Six ans après, sa classe d'âge rejoint celle des hommes mariés et chacun a le droit de prendre femme. Le pouvoir est détenu par les anciens qui prennent toutes les décisions concernant la communauté villageoise. Les filles sont excisées et mariées très jeunes, entre 12 et 15 ans. Le jour du mariage, la mise à mort d'un taureau signifie que le contrat est définitif. La jeune fille rejoint alors la hutte de son époux.

Les pokot :


Sont une toute petite ethnie qui vit dans la région du lac Baringo au Kenya, pas très loin des tributs Turkanas. Les Pokots sont aussi présent l’Ouganda.

Les Masaï :


Les Massaï sont L'ethnie la plus connue et pourtant très minoritaires car moins de 2% de la population kenyane, ils ont traversé la colonisation et l'indépendance en restant farouchement attachés à leurs traditions. Le jeune masaï intronisé morane était soumis à un entraînement intensif de guerrier et de chasseur de lion. Aujourd'hui, il ne chasse plus le Lion et il est devenu gardien de troupeau avec les a utres membres de sa classe d'âge, une grande solidarité unit les membres d'une même classe d'âge. Ils sont farouchement attachés à leurs traditions, les Massaï sont, en quelque sorte, l'ethnie symbole du Kenya. Ce peuple à l'allure de grands seigneurs batailleurs, s'il ne s'est pas plié aux règles du travail salarié et de l'urbanisation, a subi pourtant bien des avatars. Leur nom de Massaï est dérivé de la langue Maa qu'ils parlent. Ce sont des pasteurs semi-nomades ne se déplaçant que dans un faible rayon. En saison sèche, ils installent leur campement à une dizaine de kilomètres du puits auquel vont, dans la journée, les animaux. Ils reviennent vers le campement le lendemain. Les bergers passent une nuit sur deux dehors. Pendant la saison des pluies, il leur suffit de se déplacer vers une mare temporaire. Les campements sont ceinturés d'épineux pour protéger le bétail des fauves, les huttes sont de forme rectangulaire avec un toit plat et des angles arrondis. Les Massaï prennent parfois des épouses bantoues qui cultivent quelques champs non loin du village. Eux-mêmes sont exclusivement éleveurs de bovins, symboles de richesse, dont ils ne consomment que rarement la viande. Ils se nourrissent de lait, frais ou caillé auquel ils mêlent du sang prélevé sur la veine jugulaire.

Votre serviteur André Brunsperger et une enfant Masaï à Lewa Downs
				 	sur le plateau de Laikipia Kenya

Le village Masaï est à une heure de voiture environ et cette fillette
dans mes bras est la seule à n'avoir pas eu peur du " blanc "
( c'est moi le blanc ) et pourtant on m'a dit qu'elle n'a pas
encore vu beaucoup d'hommes blancs dans sa petite vie !!


Un village Masaï à Lewa Downs sur le plateau de Laikipia Kenya Un village Masaï à Lewa Downs sur le plateau de Laikipia Kenya

Un village Masaï à Lewa Downs sur le plateau de Laikipia Kenya Un village Masaï à Lewa Downs sur le plateau de Laikipia Kenya Un village Masaï à Lewa Downs sur le plateau de Laikipia Kenya

Ils sourient, ils sont heureux ....

Un village Masaï à Lewa Downs sur le plateau de Laikipia Kenya Un village Masaï à Lewa Downs sur le plateau de Laikipia Kenya

Ils sourient, ils sont heureux et c'est sincère !!



Un village Masaï à Lewa Downs sur le plateau de Laikipia Kenya Un village Masaï à Lewa Downs sur le plateau de Laikipia Kenya Un village Masaï à Lewa Downs sur le plateau de Laikipia Kenya

Un village Masaï à Lewa Downs sur le plateau de Laikipia Kenya Un village Masaï à Lewa Downs sur le plateau de Laikipia Kenya

André Brunsperger, photographe et chercheur d'ailleurs !!